I.2 Théorie génétique de l'Etat. Couple, famille, village.

HideShow resource information
View mindmap
  • Théorie génétique de l'Etat. Couple, famille, village.
    • L'Etat n'est pas une formation artificielle et conventionnelle. Il résulte d'un développement naturel.
      • 1ère union = homme/femme (procréation) et maître/esclave (les barbares ne distinguent pas femme et esclave car ils sont tous esclaves). L'esclave du pauvre est le boeuf (Hésiode).
        • Les barbares ne distinguent pas femme et esclave car ils sont tous esclaves, tandis que pour les grecs, même le pauvre a un esclave: le boeuf (Hésiode).
          • Famille = communauté constituée par la nature pour les besoins quotidiens.
            • Plusieurs familles forment un village (ethnos), de régime monarchique. Père = Roi ("Chacun dicte la loi à ses enfants et à ses femmes" Homère).
              • Plusieurs villages = cité (polis) = communauté visant, outre la satisfaction des besoins, le bien-vivre. Elle est autarcique grâce à la division du travail.
                • Cité = fin et bien naturel de l'homme. Homme = animal politique.
                  • Homme apolitique = sous-homme ou sur-homme.
                    • Communauté politique = le plus grand des biens, car réalise la fonction et le potentiel de l'homme. Vertu de justice = essence de la société civile, ordre de la communauté politique.
                      • Homme possède parole pour exprimer joie et peine (expression animale) et utile/inutile, juste/injuste, bien/mal. Sentiments moraux naturels à l'homme sont à l'origine de la communauté politique.
                        • Le tout est antérieur à la partie, la cité est antérieure à l'individu (pas de partie isolée, sinon  considérée comme morte, simple homonymie ayant perdu sa vraie fonction, définie par l'appartenance au tout).
                  • Homme possède parole pour exprimer joie et peine (expression animale) et utile/inutile, juste/injuste, bien/mal. Sentiments moraux naturels à l'homme sont à l'origine de la communauté politique.
                    • Le tout est antérieur à la partie, la cité est antérieure à l'individu (pas de partie isolée, sinon  considérée comme morte, simple homonymie ayant perdu sa vraie fonction, définie par l'appartenance au tout).
                  • Téléologie de la vie politique

Comments

No comments have yet been made

Similar Philosophy resources:

See all Philosophy resources »See all Politiques resources »