cinema théories

HideShow resource information
voix off
voix dans le hors champ de quelqu'un qu'on ne voit pas mais qui peut être entendue par les personnages
1 of 58
voix over
voix que les personnages ne peuvent pas entendre, comme un narrateur par exemple
2 of 58
format dominant dans les films argentiques
35 mm
3 of 58
Niveaux d'analyse
mise en scène, mise en cadre et mise en chaine (montage)
4 of 58
Mise en scène
décors, costumes, éclairage, jeu d'acteurs, mimique.Tout devant la caméra
5 of 58
Mise en cadre
échelles des plans, angles de prise de vues, mouvement d'appareil, profondeur de champ. Tout lié au réglage de la camera
6 of 58
mise en chaine
succession/alternance raccords (ou sautes), signes de ponctuation, traitement de la temporalité, montage et mixage du son. Tout qui est lié au montage
7 of 58
éclairage "classique" et leurs fonctions
lumière principale (allume le personnage principal), lumière d'appoint ou d'ambiance (sert a rendre le lumière principale un peu plus naturelle), et décrochage (lumière d'arrière )
8 of 58
objectif de l'éclairage des 3 points comme à Hollywood "classique"
mettre en exerce certains personnages (contraste fond/figure), optimiser la lisibilité de l'image (surtout en noir et blanc) et donc amoindrissement des contraste, et magnifier les interprètes
9 of 58
Cadrage: échelle de plan
Plan générale, plan demi ensemble, plan moyen, plan américain, plan rapproché (taille,poitrine et épaule), gros plan, et très grand plan ou plan de détail
10 of 58
séquence au cinema
ensemble de plans présentant une certaine autonomie et coherence discursive, parfois délimitée par des procédés optiques (fondu, volet, noir intercalaire, etc.)
11 of 58
caractéristiques cinema classique hollywoodien
mode de production industriel, repartition en genres, star system
12 of 58
Logique du raccord: types de raccords (6)
raccord- regard; raccord mouvement, raccord de direction, raccord dans l'axe, reprise d'un élément repère, raccord lumière
13 of 58
raccord regard
champ/contre-champ: un personnage regarde un autre, donc le plan suivant montre ce deuxième personnage.Dans ce type de raccord il faut respecter la règle de 180°
14 of 58
constituants d'un récit (selon J.M. Adam)
succession d'événements, unité thématique, transformations des prédicats du sujet (transformation du personnage est fondamentale),intégration dans un tout, causalité narrative (rapport de cause à effet), evaluation finale
15 of 58
diversité des appellations: les stades de la genèse du film
l'argument, le synopsis, le script/scénario, continuité (dialoguées), découpage technique
16 of 58
unité metzienne
syntagme, terme emprunté à la linguistique pour éviter les termes courants ambigus de séquence et scène
17 of 58
période classique au Japon: 4 cineastes majeurs
Ozu, Mizoguchi, Jurosawa, Naruse
18 of 58
cinema d'Ozu selon Burch
refus délibéré des raccords de regard dans le champ/contrechamp, pas prise en compte de l'axe de jeu,décentrement sur des éléments inanimés "pillow shots" qui suspendent le récit
19 of 58
Ozu est un cas particulier de l'inverse d'Hollywood. Pourquoi?
Ses films n'étaient pas exportés donc personne pouvait lui faire la remarque et lui dire que ce qu'il faisait était faux
20 of 58
Plusieurs cineastes s'opposent au parlant. Pourquoi?
Voix introduit une continuité, donc ils n'ont pas autant de liberté pour faire des plans discontinus
21 of 58
quels types de cinemas s'opposent au classique hollywoodien? et pourquoi?
cinema japonais, la nouvelle vague et le cinema des années 20 car ils présentent des differences dans le découpage et montage
22 of 58
But de Méliès avec les films narratifs?
Il fait des films narratifs avec des effets donc on peut considerer son cinemas comme cinema d'attraction car le récit est présent juste pour soutenir les trucs qu'il veut montrer
23 of 58
caractéristique de la temporalité chez Griffith
Il dilate le temps, c'est à dire l'action dure plus longtemps pour le spectateur
24 of 58
Où peut on trouver des traces du cinema des attractions aujourd'hui?
dans les comedies musicales ou musicales tout court lorsque qu'il y'a des moments de chant car le récit n'avance pas
25 of 58
caractéristique de l'attraction
monstration et présentation, adresse au spectateur, exhibitionnisme
26 of 58
caractéristiques de la narration
narration et représentation, travail sur la temporalité, immersion diégétique,transparence
27 of 58
Pourquoi le chanteur de jazz n'est pas 100% parlant
le parlant dans le film est introduit pas des chansons, il y a très peu de moment vraiment parlants, et les intertitres sont toujours présents
28 of 58
Tradition doublage en Russie et Pologne
les doublages étaient fait avec une seule voix pour des questions économiques
29 of 58
Fonctions du bonimenteur de cinema
il peut tout simplement traduire dans une autre langue mais peut aussi traduire le language cinématographique ou meme interpréter le film
30 of 58
problèmes théoriques soulevés pour la reconstitution
données historiques partielles, partialité du travail de l'historien car il doit toujours faire de l'interpretation, reconstitution risquée car le destinataire n'est pas le meme
31 of 58
difference diègese et récit selon metz
récit est une organization horizontale tandis que la diégèse est pensée en termes sémantiques
32 of 58
difference temps de l'histoire et temps du récit
temps de l'histoire est le temps vécu par le personnage dans la diégèse tandis que le temps du récit est le temps que le spectateur voit à l'écran
33 of 58
quels sont les 3 paramètres d'analyse de la temporalité selon genette
ordre, fréquence et durée
34 of 58
Types de générique possibles
mention écrite+image; séquence inaugurale+mention écrite ou que séquence que parlée
35 of 58
rapport de frontalité
personnage ne regarde pas la caméra mais elle est sur l'axe de jeu
36 of 58
focalisation selon Jost
le savoir du film est flirté ou non par un personnage, donc la focalisation est toujours lié aux personnages de la diégèse
37 of 58
type de focalisation quand le narrateur sait plus que le personnage
focalisation zéro (selon Genette) ou spectatorielle (selon Jost)
38 of 58
type de focalisation quand le narrateur sait moins que le personnage
focalisation externe, normalement le film donne des indices qu'il y a des informations que le spectateur ne connait pas
39 of 58
type de focalisation quand le narrateur sait la meme chose que le personnage
focalisation interne, qui peut être fixe (sur 1 seul personnage), variable (passage d'un pers. à l'autre) et multiple
40 of 58
problème de la caméra subjective
le fait d'être tout le temps en camera subjective pose problème car on ne voit jamais le personnage mais on voit à sa place, donc cela crée une distance entre le public et le personnage en particulier
41 of 58
Spécificités d'analyse d'un film documentaire
visé du film, rapport au réel, présence affichée ou non des instance filmiques, diversité des pratiques, type d'organisation formelle
42 of 58
Types d'insert selon Metz
inserts non diégétique, insert subjectif, insert diégétique déplacé, insert explicatif
43 of 58
Façons d'exprimer la temporalité au cinema
Horloge ou montre présents à l'écran, Calendrier, décors (jour/nuit), temps chronique énoncé par les personnages
44 of 58
Façons exprimer une analepse dans le cinema muet/moderne
Muet:cartons avec des mots comme souvenir ou un regard dans le vide du personnage suivi d'un fondu au noir/Moderne:passage du passé linguistique au présent de l'image, differences d'aspect du personnage, modification sonore, passage du style indirect au d
45 of 58
Façons de montrer des actions simultanées dans un meme champ
plan suffisamment large ou jeu de profondeur de champ
46 of 58
Façons de montrer des actions simultanées dans un meme cadre
Situations sont réunies "artificiellement" dans la meme image, commun pour les scènes de téléphone
47 of 58
Façons de montre la succession des actions simultanées
mention écrite: "pendant ce temps", présence dans les deux cadre un événement commun (ex:bruit d'une explosion), mention explicative proférée par une voix over
48 of 58
Quatre rythmes narratifs de la durée:
La pause, la scène, le sommaire et l'ellipse
49 of 58
La pause (relation temps du récit et temps de l'histoire)
TR∞>TH: durée déterminée du récit ne correspond aucune durée diététique
50 of 58
Scène
TR=TH
51 of 58
Sommaire
TR
52 of 58
Ellipse
TR
53 of 58
Possibilités de la fréquence:
1R/1H, NR/NH, NR/1H: Récit répétitif, il sert à exprimer un souvenir, une obsession de l'héros ou une différence de point de vue sur un événement; 1R/N: récit itératif, très souvent c'est compressible grâce au jeu d'acteur ou dialogue
54 of 58
Ocularisation
ocularisation caractérise la relation entre ce que la caméra montre et ce que le personnage est censé voir
55 of 58
3 attitudes possibles de l'ocularisation
On la renvoi à un personnage, on l'attribue à une instance externe au monde représenté ou on tente d'effacer l'existence et on créer alors une illusion de transparence
56 of 58
Types de lectures documentarisantes (dénonciateur réel)
le spectateur peut prendre comme dénonciateur réel: la caméra, le cinema, le cameraman, la société dans laquelle le film est produit, le réalisateur ou le responsable du discours
57 of 58
Tout acte de lecture apparait comme une opération mettant en oeuvre un système interactif à 3 actants. Lesquels?
Un film qui demande à être lu suivant tel ou tel mode de lecture, une institution qui programme tel ou tel mode de lecture et un lecture qui réagit à sa manière aux sollicitations et aux consignes des deux âtres instances
58 of 58

Other cards in this set

Card 2

Front

voix over

Back

voix que les personnages ne peuvent pas entendre, comme un narrateur par exemple

Card 3

Front

format dominant dans les films argentiques

Back

Preview of the front of card 3

Card 4

Front

Niveaux d'analyse

Back

Preview of the front of card 4

Card 5

Front

Mise en scène

Back

Preview of the front of card 5
View more cards

Comments

No comments have yet been made

Similar Film Studies resources:

See all Film Studies resources »See all cinema théories resources »