I.5 La chrématistique proprement dite. La monnaie.

HideShow resource information
View mindmap
  • La chrématistique proprement dite. La monnaie.
    • La chrématistique proprement dite diffère de celle naturelle en ce qu'elle résulte d'une expérience et d'un savoir-faire spécifique.
      • Toute chose a deux usages: l'un naturel, l'autre étranger (ex. de la chaussure).
        • L'échange est un usage non-naturel mais pas contre-nature (il devient utile voire nécessaire dès que la communauté s'élargit au-delà de la famille).
          • Cependant, c'est de l'échange que dérive la forme élargie de l'échange (échanges entre pays) et donc la monnaie (qui permet d'échanger de grandes quantités de la main à la main).
            • Mais une fois la monnaie inventée, le petit négoce vit aussi le jour. D'où la naissance de la chrématistique qui est l'art de trouver les sources de richesse en abondance, donc de profit.
              • La fin du commerce est l'acquisition des biens au sens mercantile. Elle est donc illimitée puisqu'elle utilise l'échange de biens à leur tour échangeables (la monnaie).
                • Or on fait souvent une confusion entre les deux types de chrématistiques parce qu'elles ont un fondement commun, la richesse, et on pense que l'économie domestique vise à l'enrichissement illimité. On s'applique  alors seulement à vivre et non à bien vivre.
                  • Vivre (et parfois bien vivre) porte à la recherche des plaisirs. Or, les excès cherchent l'illimitation donc la chrématistique naturelle porte à celle proprement dite, qui permet d'accéder aux jouissances en abondance grâce à l'argent.
            • C'est pourquoi la monnaie paraît parfois pure  niaiserie puisqu'elle substitue à un bien un objet qui n'a de valeur qu'artificielle (folie de Midas).

Comments

No comments have yet been made

Similar Philosophy resources:

See all Philosophy resources »See all Politiques resources »